Muziq, le site qui aime les mêmes musiques que vous
Muziq Meeting

Switch “Groov” Experience, dans les rues de Cotonou

Avec son projet “Musique au Poing ?”, le producteur et manager du label Bab Musique, Arnaud Simetière, alias Switch Groov Experience, fait voyager l’auditeur en musique(s) dans les rues de Cotonou. Prochaines étapes : Cape Town, Manchester, La Nouvelle-Orléans et Paris. Entre autres…

SWITCH GROOV Visuel 2C’est électrique, électronique, énergique. Casque sur la tête, nous voilà déambulant dans les rues de Cotonou, capitale du Bénin, pays d’Afrique de l’Ouest. Nous n’y sommes jamais allés. Nous ne savons pas à quoi cette ville ressemble. Et pourtant, les rues se dessinent. Les visages aussi. Il fait chaud. Mais ce n’est pas une chaleur humide et lourde. C’est agréable. Autour de nous, la ville continue à prendre forme. Tiens, Praxis Musicale. Il y a de la poussière. Ce sont des gouttes microscopiques de couleurs vives, de couleurs fluo. En plein Cotonou, voilà que des fleurs poussent. Sur les pétales, une poussière dorée. Sur les immeubles, de la verdure. On en viendrait à se coucher à même le sol, en pleine rue, au milieu des fleurs. Ça sent bon. Les fleurs sentent le tchouraï… Si ce n’est pas magique… Mais cet encens n’existe peut-être pas au Bénin. Ou alors a-t-il un autre nom ? Peu importe…
Tiens, Regards Sur Le Passé. Musique ambiante avec en toile de fond un discours empreint de profondeur, des voitures qui passent, qui klaxonnent. Et puis nous arrivons sur un marché. Ça discute. Nous continuons à dessiner notre Cotonou, notre ville. Telle que la musique nous invite à l’imaginer. C’est une musique architecturale. Avec elle, nous jouons les urbanistes. C’est grâce aux cosmiques Ondes Miraculeuses. C’est la nuit. Il y a des lampions dans le ciel qui éclairent les visages d’une foule heureuse. Des sourires. Des sourires partout. Et cette musique. On danse… Deep house dans la nuit cotonoise. C’est que nous en sommes à Nocturne Passage

On remerciera le DJ et musicien parisien Arnaud Simetière, alias Switch “Groov” Experience, pour ce délire super high et carrément psyché. Il s’agit de “Cotonou En Musique”, première étape de son projet “Musique Au Poing ?”, une création audiovisuelle et interactive qui tend à interroger les liens entre musique, ville et culture populaire, par le renouvellement d’une cartographie de l’Atlantique noir (inspiré par les réflexions du sociologue britannique Paul Gilroy dans « L’Atlantique Noir – Modernité et double conscience », Editions Amsterdam, 2010, Paris). « Mon cheminement artistique et musical s’est toujours appuyé sur l’exploration des musiques noires, et à travers elles, d’une culture caractérisée par un même changeant qui participe, depuis la naissance du jazz, à l’éclosion d’une musicalité commune aux communautés diasporiques africaines de l’Atlantique noir », explique Arnaud Simetière.

De Gnonnas Pedro à la poétique de Cotonou
Ce dernier a développé une sensibilité à la culture musicale béninoise avec le morceau Musica En Vérité de feu Gnonnas Pedro. Une magnifique chanson qu’il a inteprété, la toute première fois, avec son Dadjes Band dans les années 1970 et qu’il a repris au sein du groupe Africando en 1995 sur l’album “Gombo Salsa” (Syllart/Stern’s, 1996). « Je ferais en sorte de démontrer que la musique nourrit le monde », déclame Gnonnas Pedro dans ce morceau. Les paroles de Musica en Vérité tiennent lieu de manifeste pour Arnaud Simetière. « Avec cette chanson, Gnonnas Pedro parlait pour moi au sens où il parlait à ma place », ajoute-t-il. De février à avril 2013, Arnaud Simetière séjourne à Cotonou. A l’arrière des zemidjans (moto-taxis locaux) ou à pied, il cherche la musique. Il se confronte alors aux différentes scènes actuelles de la ville, du hip-hop à l’afrobeat en passant par la musique afro-cubaine ou la pop. Il prend le pouls des dynamiques et des tendances qui font bouillir Cotonou.
SWITCH GROOV Visuel 1« Mon but était de saisir des formes et signes d’une modernité musicale présente ou en devenir, de sentir, à partir de mon statut de DJ et musicien français, ce que « Cotonou en musique » révèle de cette modernité », indique encore Arnaud Simetière avant d’ajouter que le projet met en exergue l’hybridité d’une culture. Une façon de révéler la poétique et la symbolique à travers l’espace et le temps. Et le résultat est plus qu’admirable. On entend Cotonou, à travers des bruitages : motos-taxis en action, sifflets, les oiseaux qui chantent, les enfants qui piaillent, les gens qui discutent… On entend même la mer. C’est que la ville borde le Golfe de Guinée, donc l’océan Atlantique. Mais pourquoi « Musique au Poing ? » ? « Ce terme est une référence directe au Music Is The Weapon de Fela, incarnation du musicien total, à la fois artiste et politique, poète et révolutionnaire. Ma démarche s’articule autour d’une posture et d’un devenir politique, par et à travers l’objet musical », explique Arnaud Simetière. « Le point d’interrogation représente la quête quant à ce que renferme aujourd’hui l’objet musical, et plus particulièrement, le champ des musiques noires. » Les titres de “Cotonou En Musique” sont hypnotiques et transcendants. Quand Casio Street, Passé Présent Futur ou Nocturne Passage se veulent feutrés et aériens, les titres comme Praxis Musicale ou Syndrome Mimby mettent en exergue le folklore musical béninois en nous laissant songeur, comme nostalgique d’une autre époque. Une époque que nous visualisons à travers notre imagination. D’où l’authenticité et l’intérêt de “Cotonou en Musique”. Le jeu entre passé et présent tient carrément de la science-fiction ! Nous écoutons les mécanismes d’une machine à remonter le temps qui redessine et reconstruit un paysage urbain à l’envi.

SWITCH GROOV PhotoDu live et un album à venir
“Musique au Poing ?” est porté par Bab Musique, une structure basée à Clermont-Ferrand qui conjugue un label producteur et diffuseur d’œuvres musicales (Face A). Il s’agit également d’une plateforme artistique portant et accompagnant des projets autour de la musique : évènements ponctuels, démarches de recherche sur la musique ou projets autour de l’image, du son et du spectacle vivant (Face B). L’ensemble du projet donnera lieu à des performances live. La première a déjà eu lieu à l’Institut Français du Bénin, à Cotonou, le 3 octobre dernier. Sans compter la sortie, début 2016, d’un vinyle (en édition limitée) dont le livret fera la part belle au versant photo du projet.
Après Cotonou, le projet “Musique Au Poing ?” nous emmènera à Accra (Ghana), Cape Town (Afrique du Sud), Saint-Pierre (Martinique), La Nouvelle Orléans (Louisiane), Detroit (Etats-Unis), Manchester (Royaume-Uni) et enfin à Paris. A chacune de ces villes correspondra une création audiovisuelle structurée autour d’une bande originale sonore et musicale. Le tout illustré par des photographies et des infographies. « Finalement, il ne s’agit pas tant de regarder, d’entendre ou de lire la ville, des expressions musicales ou des processus sociaux et culturels, mais plutôt de révéler, à travers le le médium artistique, ce qui se trouve à leurs frontières ». Autant dire que l’on attend la suite de cette aventure musicale et visuelle avec grande impatience. Notre playlist est prête pour un prochain voyage à Cotonou…

NET musique au poingBab Musique