Muziq, le site qui aime les mêmes musiques que vous
Classiq Rock

Pete Townshend, un festival à Cannes

Il y a trente ans, Pete Townshend donnait dans le cadre du Midem un concert exceptionnel featuring David Gilmour à la guitare. Diffusé en son temps à la télévision française, il est enfin édité en combo dvd/cd par Eagle Vision.

townshend-photo-1C’était en 1985. On écoutait en boucle “White City (A Novel)”, le nouvel album solo du leader des Who. On adorait ce disque. Vraiment. Un concept album, comme souvent avec Uncle Pete, mais ce n’était pas le plus important (sorry Uncle Pete). Ce qui comptait, c’était la musique, la qualité des chansons (Seconhand Love, Face The Face…), la voix habitée de Townshend, la guitare stellaire de David Gilmour (ah !, Give Blood), le drumming fantastique de Simon Phillips. Quel bonheur, dès lors, de voir le Pete à la télé française, filmé – plutôt très bien – en concert au Midem de Cannes, limite en prime time si ma mémoire est bonne. Croyez-moi, ça n’arrivait pas tous les jours ! (Aujourd’hui, ça n’arrive plus du tout…)

townshend-photo-3Aux chansons extraites de “White City” et de ses précedents opus solo (The Sea Refuses No River, A Little Is Enough, Rough Boys…), le roi des moulinets avait ajouté dans sa royale set list quelques standards des Qui (Won’t Get Fooled Again, Behind Blue Eyes, Pinball Wizard…), repris After The Fire (écrite deux ans plus tôt pour Roger Daltrey), laissé son guitar hero du soir (et de toute la tournée), David Gilmour, interpréter Blue Light, pépite d’“About Face” (album perso de l’échappé du Floyd paru à la même époque). La soirée s’était terminée avec une version mémorable de Night Train façon James Brown, forcément.

townshend-pochetteLe groupe, Deep End, est formidable : section de cuivres étincelante et piquante, choristes épatants, pianiste d’expérience (John “Rabbit” Bundrick), harmoniciste subtilement bluesy (Peter Hope-Evans) et section rythmique de feu (Chucho Merchan à la basse, Simon Phillips à la batterie et Judy Linscott aux percussions). Townshend joue presqu’exclusivement de la guitare acoustique, laissant son ami Gilmour, très concentré, le soin de distiller son grand art sans pose ni chichis. Townshend est visiblement heureux et fier d’être entouré par de tels musiciens. Il chante, c’est selon, avec allégresse ou émotion, et danse souvent.
Attention, concert d’anthologie et combo dvd/cd indispensable. •

DVD + CD Pete Townshend’s Deep End : “Face The Face” (Eagle Vision / Universal, sortie le 16/9).