Muziq, le site qui aime les mêmes musiques que vous
Muziq News

“Perfectamundo” de Billy Gibbons : un disque au poil ?

Pour la première fois, le légendaire guitariste de ZZ Top se la joue solo avec “Perfectamundo”. L’album sera dans les bacs le 6 novembre. Fort de sa veille amitié avec le pistolero barbu, Doc Sillon était l’un des happy fews invités à la pre release listening party qui se tenait il y a quelques jours à Houston.

GIBBONS Billy Pochette HergéLes cocktails étaient hot de chez hot l’autre soir à Houston. Normal, c’était party time dans la studio de mon vieil ami Billy Gibbons -, qui recevait quelques amis triés sur le volet pour leur faire écouter son premier bébé solo, “Perfectamundo” (un chouette néologisme en spanglish popularisé par l’impayable Fonzie dans la série Happy Days / Les Jours Heureux).

Le good ol’ Doc Sillon* vous le dit hot et fort : “Perfectamundo” a toutes les chances de faire un petit carton. Même sans ses dos hombres, Billy est toujours au top. Les hardcore fanatics de ZZT ne recevront certes pas leur dose habituelle de blues-rock sanguin à la sauce tex-mex – qu’ils restent dans  leur grange s’ils veulent ! –, mais les music lovers à l’esprit XXLarge devraient se passer boucle ces onze titres irrésistibles d’afro-cuban rock mâtiné de soul (hmm, des giclées d’orgue Hammond…), de hip-hop (si, si !) et propulsés par des grooves chauds comme la braise. Avec “Perfectamundo”, Billy Gibbons ridiculise – bien malgré lui – le malheureux Keith Richards qui, avec sa voix de canari enroué, a une fois de plus gâché son disque perso, pourtant squatté par de sérieux grooveurs…

Autant vous prévenir les amis : Billy lâche quelques soli mémorables. Il semblait tellement fier de celui de You’re What’s Happenin’ Baby qu’il nous a repassé le morceau trois fois de suite ! Zéro frime, l’art de la note croustillante qui vous chatouille le tympan. Et n’en déplaise aux puristes, sa voix trafiquée/auto-tunée à tout bout de chant m’amuse beaucoup ! La prod’ est très moderne, rétro-futuriste, aussi étonnante et réjouissante, à vrai dire, que celle d‘“Eliminator” jadis – la reprise de Baby Please Don’ Go est une bombe, Quiero Mas Dinero un modèle de métissage stylistique. Quant à Q-Vo, l’instru soul-jazz qui clôt cette somme de réjouissances discographiques, il a prolongé notre fête jusqu’au bout de la nuit. Nul doute qu’il en sera de même quand vous passerez ce titre lors de vos longues soirées d’hiver…

*  Aka “Doctor Groove” dès qu’il pose le pied sur le sol américain…