Muziq, le site qui aime les mêmes musiques que vous
Muziq Meeting

Michael League, l’homme orchestre

Avant les deux passages très attendus de Snarky Puppy en France, le 7 mai à L’Olympia et le lendemain à Coutances dans le cadre de Pommiers Sous Les Jazz, rencontre avec leur porte-parole, leur leader infatigable et leur tête pensante : Michael League. Spécial bonus, un blindtest exclusif qui révèle sa culture musicale sans œillères. Dans huit jours, “Sylva”, leur premier album pour le légendaire label Impulse, sera dans les bacs. 2015, l’année Snarky Puppy ? Au micro : Jim Zelechowski. 

Forq shoot at Diamond Dog Studio

L’INTERVIEW

Muziq.fr Appréhendez vous ce concert à L’Olympia, le 7 mai prochain ?
Michael League Je suis excité à l’idée de jouer là-bas, c’est une des salles les plus connues en Europe, et c’est sold out. Je sens qu’on a passé un cap avec le groupe. J’ai hâte de présenter ce nouveau concept au public français, et je me demande comment ils vont réagir… Physiquement, ça n’a jamais été fait avant, c’est pas un groupe avec un orchestre derrière, c’est vraiment un groupe unique de soixante-trois personnes. L’esprit de ce projet est vraiment collaboratif avec le Metropole Orkestra. Je suis curieux de voir le rendu en live.

LEAGUE Snarky Puppy LiveMuziq.fr Snarky Puppy a toujours cultivé son indépendance. Pourquoi avoir signé avec Impulse ?
Michael League On est toujours 100% indépendants ! Dans ce cas précis, nous avons signé avec Impulse uniquement pour notre nouvel album, “Sylva”. C’est, de plus, une licence temporaire qui court sur huit ans. Cela veut dire que dans huit ans, les droits de l’album nous reviendront en intégralité. J’ai des idées très arrêtées sur la propriété musicale, comme la plupart des musiciens je pense. Impulse s’est relancé depuis quelque temps, et a une attitude vraiment progressiste sur la question. Ils ont été très réceptifs sur nos idées à propos de la licence. On a signé avec Impulse, car ils étaient très enthousiastes sur le projet, sur le groupe version XXL. Les autres labels qui ont voulu acheter notre projet en licence ne l’étaient pas autant. On a d’ailleurs signé avec Impulse avant qu’ils n’entendent quoi que ce soit. Jean Philippe Allard [le directeur d’Impulse, NDR] était très confiant, il nous a fait une offre avant d’entendre l’album. Je lui ai envoyé vingt secondes de chaque titre, même pas mixés. Il m’a fait confiance, peut être un peu trop ! [Rires.]

PrintMuziq.fr La musique, dans “Sylva”, est très imagée. Vous a-t-on déjà appelé pour composer des bandes originales ?
Michael League Non, jamais ! Si on m’appelle je n’hésiterai même pas, c’est un truc que j’ai toujours eu en tête. Mais je n’ai pas fait ce nouveau projet dans le but d’être repéré pour cela. J’ai écrit “Sylva” en ayant à l’esprit de faire un album qui change de ce que nous avons fait jusqu’à présent. Mais si dans le monde du cinéma des réalisateurs sont botté par cet univers, je serai heureux de composer pour eux.

Muziq.fr Vous venez aussi de boucler le deuxième volume du Family Diner. Qui fait partie du casting cette fois ?
Michael League Sur le Volume 2, nous aurons Salif Keita, Susana Baca, David Crosby, Laura Mvula, Jacob Collier, Chris Turner, Becca Stevens et Knower (un groupe d’electro-pop basé sur Los Angeles).

Muziq.fr Impulse est-il également intéressé par ce projet ?
Michael League On n’en a pas encore parlé. Mais peut-être ! Ca va sortira de toute façon sur mon label, Ground Up Music, probablement entre août et septembre. Mais on est ouverts quant à l’idée d’une collaboration avec Impulse sur “Family Diner Vol. 2”. Qui sait ?

Muziq.fr Avez vous déjà des noms en tête pour le Volume 3 ? Des noms circulent, notamment celui du duo electro/cubain Ibeyi…
Michael League J’ai ma petite liste, oui… Ce n’est pas une question d’artistes à proprement parler, mais réellement d’une combinaison. On essaye d’avoir beaucoup de diversité. Sur le Volume 1, on n’avait que des filles, mis à part un artiste. On a eu beaucoup de retours là dessus. Les gens voulaient plus de gars ! On a remédié à ça sur le Volume 2. Je ne sais pas encore quel est le casting définitif pour le volume 3, mais le projet ne devrait pas voir le jour avant 2017.

 

LE BLINDTEST

LEAGUE CD 1 DangeloD’Angelo
Really Love
“Black Messiah” (RCA, 2014)
Facile, D’Angelo, Really Love. J’adore l’arrangement des cordes dans l’intro, c’est magnifique. Ca serait cool de le voir sur le Volume 3 du “Family Diner” ! [Rires.] C’est un vrai artiste. J’adore ce nouvel album : la manière dont il l’a sorti, dont il a écrit les paroles, la manière dont il a été mixé et enregistré. Je pense que c’est un des albums les plus influents des dix dernières années. On ne peut pas le comparer à “Voodoo”, son prédécesseur. Ce sont deux albums éminemment différents et nous n’avons pas encore assez de recul pour pouvoir l’analyser complètement. La digestion sera aussi longue qu’avec “Voodoo” et “Brown Sugar”.

LEAGUE CD 2 LamarKendrick Lamar
Hood Politics
Alright
“To Pimp A Butterfly” (Aftermath / Interscope, 2015)
C’est le dernier Kendrick Lamar. Je l’ai acheté il y a deux jours seulement, je suis un peu en retard. Mais de ce que j’ai écouté, c’est vraiment dingue. J’adore cet album. “Sput » [le batteur de Snarky Puppy, NDR] a fait un superbe travail aux claviers et à la batterie. J’aime ce que Kendrick est, et reflète. Il a le désir de faire des choses qui n’ont jamais été faites avant, musicalement parlant et en terme de paroles. Le hip-hop est une constituante de la culture américaine, ma culture. J’aime tous les artistes hip-hop qui ont apporté quelque chose musicalement parlant : A Tribe Called Quest, Q-Tip, The Roots, Slum Village, J Dilla. Tous les musiciens aiment ce que ces types font. Kendrick Lamar, avec “good kid, m.A.A.d city”, mais encore plus avec ce nouvel album, a réussi à convaincre les musiciens de tous bords et les afficionados du hip-hop, tout en arrivant à être mainstream. En musique, c’est important de réunir des gens qui sont habituellement en dehors de ton champs de vision.
Sur Alright, Pharrell a fait un gros boulot de production et d’arrangement, Terrance Martin également. D’ailleurs je lui ai envoyé un SMS hier en lui demandant de continuer à changer les choses ainsi, pour le bien être de tous ! [Rires.]

LEAGUE CD 3 SullivanJazmine Sullivan
Forever Don’t Last
“Reality Show” (RCA, 2015)
Je sèche… Je n’ai jamais entendu parler de cette chanteuse ! Mais elle a une voix incroyable. Envoyez moi les références tout de suite !


Ibeyi
River
“Ibeyi” (XL Recordings, 2015)
C’est les jumelles franco-cubaines ! Elles sont vraiment cool : physiquement, dans leur intention, leur histoire, leur présence scénique… J’avais jamais entendu parler d’elles avant janvier dernier. J’étais en studio pour un ami, chez moi en Virginie. Et l’ingé son me demande si j’avais déjà eu vent du groupe. J’ai regardé sur youtube et j’ai trouvé ça vraiment bien rodé, le rythme, le gimmick des cœurs tout au long du morceau… Quand j’étais en promo à Paris il y a un mois, je les ai ratées lors de leur showcase à la FNAC des Halles, et là, elles sont partout ! Quand on voit parfois que l’industrie de la musique mise sur des artistes de cette trempe, il y a de quoi reprendre espoir, c’est comme une victoire. Nous avons assez
d’artistes en bois qui brassent des millions sans avoir le moindre talent.

LEAGUE CD 5 BeckBeck
Say Goodbye
“Morning Phase” (Capitol Records, 2014)
C’est un de mes titres préférés de son dernier album. Je suis complètement en phase avec ce type, avec la direction qu’il prend, et même celle qu’il avait prit avec “Midnight Vultures”, ou encore “Mutations”. Ce sont des classiques. C’est un vrai auteur, un vrai musicien, un vrai artiste qui a le succès qu’il mérite auprès du grand public. Il porte une attention aux détails. C’est simple tout en étant classieux, avec des mélodies très imagées. Il me fait penser à Tom Petty, qui est un de mes artistes préféré. Ces deux gars sont capables de te faire décoller avec seulement quatre accords simples, mais bien agencés, avec des productions épurées et complexes à la fois. Il mérite entièrement son Grammy, et toute la polémique avec Kanye West est le comble du ridicule, je n’irai pas plus loin sur le sujet ! [Rires.] Beck a fait une tonne d’albums depuis le début de sa carrière, et il est toujours aussi fort dans ses compositions.

LEAGUE CD 6 Miller

Marcus Miller
I Can’t Breathe
“Afrodeezia” (Blue Note, 2015)
C’est le nouveau Marcus Miller ? Je ne l’ai toujours pas acheté, il faut que je me bouge ! Apparemment, il puise dans les racines africaines. Je trouve ce morceau vraiment beau. Marcus Miller a apporté un nouveau son au monde de la musique : les titres avec Miles Davis ou Luther Vandross le prouvent. Il y a un “son” Marcus Miller. Il est facile pour un artiste de copier. Innover, c’est plus compliqué. Je pense que Marcus a largement démontré sa capacité d’innovation, c’est une légende qui travaille a chaque fois avec des jeunes musiciens en devenir. Quelques gars de Snarky Puppy jouent régulièrement avec Marcus en concert. J’aime aussi comment ce gars est engagé politiquement, notamment avec l’Unesco. Il a une très belle réputation dans le milieu, je n’ai jamais entendu personne dire du mal de lui, que ce soit sur sa musique ou sa personnalité. Marcus, au même titre que James Jamerson, Bootsy Collins, Larry Graham, Tim Lefebvre et Pino Palladino, m’a vraiment influencé quant à mon jeu de basse.

LEAGUE CD 7 Led ZeppelinLed Zeppelin
Driving Through Kashmir (Kashmir Rough Orchestra Mix)
“Physical Graffiti (Deluxe Edition)” (ASwan Song / Warner Rhino, 2015)
Je pense que c’est mon groupe préféré. Kashmir est un chef-d’œuvre. Led Zeppelin est la musique de mon enfance, le premier groupe, avec les Beattles, avec qui j’ai eu une réelle connexion émotionnelle. C’est le groupe qui m’a réellement donné envie de jouer de la musique.

David Bowie
Let’s Dance
“Let’s Dance” (Parlophone, 1983)
J’adore cette chanson. Mon père était fan de Bowie. Quand j’étais gamin, ma collection de disque était en fait la sienne ! Un peu comme nous tous je pense.. Bowie, en plus d’être une superstar de l’industrie du disque, et un fantastique musicien, et aussi une bête de scène. Je pense qu’il a un truc en plus que des gars comme Robert Plant ou Mick Jagger n’ont pas : il incarne son propre succès. Aujourd’hui, il n’y a pas beaucoup d’entertainers de sa trempe, capable d’être aussi de très bons musiciens. Il faut absolument que j’aille voir l’expo à la Philharmonie : à chaque fois que je suis à Paris, mes journées sont ultra chargées avec la promo, je n’ai toujours pas eu le temps d’y aller…LEAGUE CD 8 David Bowie

Chic
I’ll Be There
“It’s About Time” (A paraître en juin, Warner)
Ca ressemble à du Chic ! Il faut que je regarde le clip, apparemment il s’y passe des choses intéressantes… C’est très funky. Les shows que j’ai vus d’eux dernièrement sont sacrément bien rodés, ils ont le son. Nile Rodgers est un très bon songwriter. Il a un tube minimum par décennie depuis les années 1970, ce n’est pas rien. Le prochain album devrait être sympa à découvrir.

CD/DVD “Sylva” (Impulse / Universal, sortie le 20 avril).
Concerts Snarky Puppy le 7 mai à Paris (Olympia) et le 8 à Coutances (Pommiers Sous Les Jazz, http://www.jazzsouslespommiers.com).
Net http://custom.bandframe.com/snarkypuppy/
FB https://www.facebook.com/snarkypuppy?ref=ts&fref=ts

The Curtain, extrait de “Sylva” : https://www.youtube.com/watch?v=jLRw-Ahq22k