Muziq, le site qui aime les mêmes musiques que vous
Muziq News

Jaga Jazzist, plus près des étoiles

Le nouvel album du collectif scandinave va t-il enfin les sortir d’un certain anonymat ? “Starfire” marque certainement une étape décisive dans l’évolution du groupe et mérite amplement qu’on y prête une oreille attentive.

Basic CMYKCréé en 1994, Jaga Jazzist est une formation norvégienne fondé par les frères Lars et Martin Horntveth combinant, je cite, « jazz, progressive rock et trip hop ». Enregistrant depuis bientôt vingt ans sur l’indestructible et éclectique label anglais Ninja Tune, “Jaga” en est l’un des derniers fleurons majeurs. Considéré par de nombreux critiques comme les précurseurs du mouvement scandinave nu-jazz, Jaga Jazzist fait définitivement par ce nouvel album voler en éclat toute catégorisation possible. “Starfire”, septième opus du collectif, a germé en 2012 au cœur de l’urbanité éclatante de Los Angeles, source d’une inspiration électronique nouvelle et décisive, loin des steppes nordiques feutrées. Finalisé à Oslo, l’album y prit forme finale par l’ajout des cordes mélodieuses du Britten Sinfonia (à apprécier également avec Brad Mehldau ou Dhafer Youssef).

A première écoute, on retrouve les singularités du groupe dans ses complexes et stellaires arrangements d’ensemble. Les fondements de leurs opus précédents y sont encore bien présents :circonvolutions en droite ligne de Soft Machine, frénésies technoïdes de Squarepusher ou d’Aphex Twin, lyrisme cinématique d’Ennio Morricone mais aussi, osons l’insinuer, échos des dernières et solitaires expérimentations de Frank Zappa. Chaque plage, en grand format, s’étire et oscille entre sept et quatorze minutes. Les puissantes et fulgurantes saillies électroniques dominent et orientent le ton harmonique d’ensemble. La notion de soliste y est pratiquement absente. Les inflexions jazz des premiers albums sont ainsi quelque peu délaissées au profit d’une riche et puissante pâte sonore, superpositions de spirales tournoyantes et répétitives. Entre les entrelacs de synthétiseurs et de guitares, les instruments à vents et cordes deviennent sous-jacents, ne se dévoilant au grand jour qu’en respirations relâchés. Viscérale et exaltant, bande-son épique et futuriste de paysages urbains imaginaires, Jaga Jazzist propose sans doute avec “Starfire” son œuvre la plus aboutie. A l’instar de Snarky Puppy ou de Tigran, le futur d’une “fusion new wave ” passe aussi par les expérimentations de ces musiciens venus du Nord. On espère pouvoir embarquer très prochainement live pour leur remarquable voyage sonique.

CD “Starfire” (Ninja Tune Records)
Net ninjatune.net