Muziq, le site qui aime les mêmes musiques que vous
Nouveautés

If I were a Carpenter : le retour du grand John

He lives ! John Carpenter revient ! Avec un nouveau film ? Hélas, non. Mais avec son premier disque solo, “Lost Themes”. C’est déjà ça.

CARPENTER John Photo 2

On le sait, John Carpenter est non seulement un cinéaste génial, un merveilleux storyteller, mais aussi un musicien capable de composer des BO aux sonorités et aux mélodies aussi addictives que ses films. Ainsi, votre dévoué Doc connaît par cœur, comme vous certainement, les BO d’“Halloween”, “New York 1997”, “The Fog”, ”Invasion Los Angeles”… Et bien qu’intimement liées aux images chocs de ses films, ces grands moments d’invention musicale volontiers minimalistes et certainement novateurs, peuvent s’apprécier sans avoir le dvd ou le blu-ray à portée de main.
C’est dire qu’on attendait avec un mélange de curiosité et d’impatience, tel un Michael Myers planque dans le placard, le premier album solo de Maître John.
CARPENTER John CDComme on pouvait s’y attendre, la musique instrumentale selon J.C. a des vertus cinématiques très prononcées. Les synthés clignotent de partout. Dès les premières secondes, on se croirait dans un film de… devinez qui ! Par moments, on a l’impression que Snake Plissken va surgir de la pénombre… Ou qu’un marin décomposé en colère va essayer de nous poignarder… Brrr, je ne suis pas prêt d’écouter ce disque en mettant des lunettes noires : on ne sait jamais, les notes pourraient révéler leur vrai visage… « Ecoutez ce disque ! Obey ! »
D’aucuns pourraient rétorquer : « Hmm, ça sonne dangereusement comme du Aldo Nova mâtiné de Tangerine Dream cette histoire, entre hard FM années 1980 et planeries new age… » Ou bien : « Ces “Lost Themes” ne sont rien d’autre qu’un exercice de style, un remake de ses BO géniales de naguère… » Ils n’auraient pas tout à fait tort. Seulement voilà : la singularité rythmique et le côté en tous sens hanté des mélodies de Carpenter a poussé votre Doc à revenir plus souvent qu’il ne l’aurait cru – passée la première écoute… – goûter aux charmes urbains, nocturnes et tranquillement anxiogènes de ce compact disc. Ces “Lost Themes” ne sont pas la BO d’un film imaginaire, mais d’un film à imaginer. Mettez vos casques, fermez les yeux : vous allez voir ce que vous allez entendre.

CD “Lost Themes” (Sacred Bones Records / Differ’Ant).
A lire “Le son de John Carpenter”, par Ersin Leibowitch, dans Muziq2.