Muziq, le site qui aime les mêmes musiques que vous
Muziq News

Hiatus Kaiyoté, retour gagnant

Un peu moins de trois ans après “Tawk Tomahawk”, le nouvel album de Hiatus Kaiyoté, “Choose Your Weapon”, reprend les choses là où la chanteuse Nai Palm et ses musiciens les avaient laissées. Personne ne s’en plaindra.

HIATUS KAIYOTE CDEn 2012, l’apparition de ce groupe australien créé un an plus tôt à Melbourne nous apporta une bouffée d’air frais. Leur musique prondément ancrée dans la soul moderne, sans clichés, reposant sur des rythmes très travaillés et volontiers teintée d’harmonies subtiles (Simon Mavin, le claviériste du groupe, n’est certainement pas étranger aux sortilèges du jazz) les distinguait d’emblée de la masse des groupe pop qui squattent les charts du monde entier. Nous étions fans, mais nous n’étions pas les seuls : Prince, Erikah Badu, Taylor McFerrin (le fils de Bobby), Pharell Williams et Ahmir Thompson aimaient aussi, et le firent savoir.
Les attachantes qualités de “Tawk Tomahawk” sont de nouveau celles qui nous poussent à écouter en boucle “Choose Your Weapon”, son digne successeur. On y retrouve ces chansons un rien baroques, subtilement tarabiscotées, mais toujours débordantes d’idées et de mélodies. Et, bien sûr, portées, habitées par la voix de soulwoman aux yeux bleus de Nai Palm. Aucun maniérisme dans ses performances ; beaucoup d’émotion, pas une once de pathos. Un vrai bonheur. Nai Palm est influencée par ses consœurs afro-américaines, mais ne les singe pas, ne force jamais le trait (écoutez l’intro de Building A Ladder, sorte de bel hommage futuriste à Stevie Wonder). Même quand les influences nu soul, et notamment celle de D’Angelo, sont particulièrement prégnantes (Fingerprints). Pourvu que ça dure.

CD “Choose Your Weapon” (Le groupe sera en concert le 22 juin au Point Ephemère à Paris.
Concerts Le 22 juin à Paris (Point Ephémère), le 9 juillet à Nice (Jazz à Nice).