Muziq, le site qui aime les mêmes musiques que vous
Classiq Rock

Duffy, chasseur de vampire

Photographe de mode de renommée internationale dans les années 1960 et 1970, Brian Duffy (alias Duffy) a largement contribué à la carrière de David Bowie en signant l’artwork iconique d’Aladdin Sane ainsi qu’une série de shootings historiques, des premiers pas de Ziggy Stardust au Pierrot lunaire d’Ashes to Ashes, sans oublier « l’accident reconstitué » de la pochette de Lodger.

Retour sur cinq prises de vues décisives à l’occasion de la sortie du superbe recueil Bowie par Duffy – Cinq séances photo 1972-1980 et de l’exposition des clichés du photographe à la Galerie Glénat de Paris jusqu’au 7 avril.

Ziggy Stardust, août 1972

ZTP_CT_0021_PIC_06

Photo Duffy © Duffy Archive

 

 

Duffy (et une bonne partie de l’Angleterre) ignore encore que son modèle du jour bouleversera bientôt la catographie pop des années 1970. Lors de cette séance, Bowie/Ziggy arbore le costume matelassé designé par Freddie Buretti. Quelques semaines plus tard, David Bowie choisira cette même tenue pour interpréter Starman dans l’émission Top of the Pops. Une performance télévisée qui aura le même impact que l’apparition des Beatles au Ed Sullivan Show huit ans plus tôt.

 

 

 

 

Aladdin Sane, janvier 1973

Z_1258_PIC_11

Photo Duffy © Duffy Archive

 

Quelques mois après le premier shooting de Duffy, la carrière de Bowie explose. Le budget de la séance aussi : technique onéreuse de transfert de colorant, coût exorbitant de plaques photographiques haut de gamme, choix des typographes les plus renommés de Grande-Bretagne… Rien n’est trop beau pour promouvoir un Bowie superstar. Le regard bas et le visage superbement maquillé par Pierre Laroche, Bowie semble ignorer la larme déposée au creux de son omoplate par un ancêtre de Photoshop. Pensiez-vous également que l’éclair zébrant son visage était inspiré de celui figurant sur le ceinturon siglé Takin’ Care of Business d’Elvis Presley ? Faux. L’idée provient… d’un cuiseur à riz !

 

 

 

The Thin White Duke, juillet 1975

ZTP_CT_0033_PIC_01

Photo Duffy © Duffy Archive

En reportage aux États-Unis pour le Sunday Times, Duffy dévie de son plan de travail pour rejoindre le tournage de L’homme qui venait d’ailleurs au Nouveau-Mexique. En dépit de la faible lumière d’une fin de journée brûlante sur le White Sands National Monument, Duffy réalise une extraordinaire série de clichés marquant la première apparition du Thin White Duke, l’inquiétante nouvelle incarnation de David Bowie à l’aube de la non moins fascinante tournée Station to Station.

 

 

Lodger, février 1979

Z_1614_PIC_04

Photo Duffy © Duffy Archive

Imaginée par Bowie, mise en scène par Derek Boshier et immortalisée par Duffy, le cliché en apesanteur de la pochette de Lodger est aussi marquant que le contenu d’un des albums les plus sous-estimés de la discographie de l’artiste vairon. Bien sûr, tous les éléments sont factices, à l’exception de la main bandée de Bowie, qui s’était brûlé en se servant un café le matin de la séance photo. Avez-vous noté les traits légèrement distordus du visage de Bowie ? Coco Schwab, son assistante, lui tirait les joues à l’aide de fils de pêche ! PS : le réalisateur William Friedkin recréera cette pochette lors d’une scène de meurtre dans Cruising, en 1980.

 

Scary Monsters, avril 1980

Z_1649_PIC_06

Photo Duffy © Duffy Archive

 

Avant d’apparaître en Pierrot lunaire pour la postérité dans le clip d’Ashes To Ashes, David Bowie avait souhaité être « le plus beau clown du cirque » grâce à la costumière Natasha Kornikoff. Une des tenues les plus spectaculaires de la garde-robe de Bowie sera également utilisée sur la pochette de son premier LP des années 1980. Cette séance sera également la dernière en commun pour Duffy et Bowie. Frustré d’avoir vu ses clichés retravaillés par Edward Bell, peintre qui avait également saisi quelques portraits lors du shooting et qui signera l’artwork final de Scary Monsters, Duffy claquera la porte. Une colère à peine compensée par l’illustration de la pochette « timbrée » du single Scary Monsters (And Super Creeps).

 

 

 

Brian Duffy est décédé des suites d’une maladie pulmonaire en 2010. Son fils Chris (également photographe) prolonge aujourd’hui l’héritage d’un des plus grands artisans visuels de l’âge d’or de la pop music.

 

zoom-bowie-par-duffy--cinq-seances-photo-1972-1980-1
Bowie par Duffy – Cinq séances photo 1972-1980 de Kevin Cann et Chris Duffy est édité par les Éditions Glénat. D’autres photos de Bowie/Duffy sont à découvrir sur le site www.duffyphotographer.com