Muziq, le site qui aime les mêmes musiques que vous
Classiq Soul-Funk

Chuck Brown And The Soul Searchers, groove à gogo

Non content d’avoir enregistré avec ses Soul Searchers l’un des breaks les plus samplés de l’histoire de la musique (celui de Ashley’s Roachclip, dans l’album “Salt Of The Earth”, 1974), Chuck Brown, alias “The Godfather Of Go-Go”, a publié cinq ans plus tard Bustin’ Loose, une thermonuclear funk bomb extraite de l’album du même nom, qui vient d’être réédité par le label Raw Venture Records And Tapes.

BROWN Chuck PochettePrès de vingt-cinq après la première réédition cd, “Bustin’ Loose” fait donc de nouveau son apparition dans les bacs des disquaires spécialisés – nous l’avons trouvé il y a quelques jours au rayon soul-funk du Gibert Joseph de Saint-Michel (Paris). On ne va pas s’mentir : cet album n’est pas l’un des chefs-d’œuvre oubliés de l’histoire du funk, ou plus précisément d’une de ses branches régionales, la go-go music, née à Washington, D.C.
Il y a quelques fillers $, comme disent nos confrères américains, des titres de remplissage un peu moins forts (Could It Be Love, ballade qui peine à rivaliser avec celles d’Isaac Hayes ou d’Ohio Players, Berro e Sombaro, jam disco-latino en pilotage automatique…)

Seulement voilà, le morceau-titre est tout simplement l’une des jams les plus funky gravées sur vinyle dans les glorieuses années 1970. Propulsée par une section rythmique du feu de Dieu*, Bustin’ Loose peut être passé en boucle pendant une heure sans qu’on s’en lasse : c’est ça l’effet magique de la go-go music, cette transe ultra-groovy qui vous fait forcément lever de votre chaise, direction le dance floor le plus près de chez vous – votre salle à manger peut très bien faire l’affaire.
Vous êtes prévenus.

CD “Bustin’ Loose” (Raw Venture Records & Tapes / Import USA)

* Les fans du Miles Davis des années 1980 seront ravis de retrouver le monstrueux Ricardo “Tricky Sugar Foot” Wellman, qui dans le groupe du trompettiste se fit simplement connaître sous le nom de Ricky Wellman…