Muziq, le site qui aime les mêmes musiques que vous
Muziq Meeting

Air revisite The Virgin Suicides

Disponible depuis le 15 juin, la version anniversaire de The Virgin Suicides réexamine la bande originale du film de Sofia Coppola et propose de nombreux documents inédits, dont un concert enregistré au American Legion Hall de Los Angeles en janvier 2000. Quinze ans après, Jean-Benoît Dunckel et Nicolas Godin évoquent leur premier travail pour le grand écran et rouvrent le dossier des suicidées de Grosse Pointe, dans la banlieue de Detroit.

air

Jean-Benoît Dunckel : On travaillait avec Mike Mills, qui était responsable de nos pochettes et de nos vidéos. Lors d’une soirée, il nous présente Brian Retzell, un batteur qui était ami avec Sofia Coppola car sa petite amie avait un business de T-shirts avec elle. Il voulait jouer avec nous, on a répété et à la même époque, Sofia lui a demandé d’être music supervisor sur son nouveau film. Brian lui a fait écouter Moon Safari et elle a adoré.

Nicolas Godin : Après notre première tournée mondiale, on n’avait qu’une envie : rentrer chez nous.

Jean-Benoît Dunckel :Après les concerts, on est rentrés à Paris et on lisait les articles sur Air qui disaient qu’on était surfaits, qu’on faisait du sampling, qu’on était des Djs, qu’on faisait du easy-listening… On voulait faire un truc violent en réaction, quelque chose qui va loin, lancer le pavé dans la mare. Quand Sofia nous a parlé de ça, on sauté sur l’occasion pour faire quelque chose de très dark. Ce que Sofia avait aimé chez nous, c’était le côté léger et évanescent de Moon Safari. On a fait tout le contraire. Ce projet est arrivé pile au bon moment.

air_5304_north_590x387

Nicolas Godin & Jean-Benoît Dunckel

L’enregistrement

Jean-Benoît Dunckel : Nous avions loué une vieille maison à Saint-Nom la Bretèche pendant l’hiver 1998. C’était un studio abandonné au milieu de la forêt, très paisible où Jean-Louis Aubert et pas mal d’artistes étaient déjà allés. On avait acheté plein de matos à Los Angeles un mois auparavant, un clavecin électrique, un orgue Hammond pour église, plein de boîtes à rythmes eighties. On avait un magnétoscope et Sofia nous envoyait des cassettes. On appuyait sur Play et on jouait en direct.

Nicolas Godin  : On avait vu des photos de Miles Davis qui enregistrait la BO d’Ascenseur pour l’échafaud devant un écran. On pensait que la musique de film s’enregistrait comme ça. On a installé un poste de télé dans le studio et on a composé la musique en enregistrant live à partir des rushes de Sofia avec Brian Retzell. Par exemple, Brian s’arrêtait de jouer dès qu’on passait à la scène suivante… C’était génial de voir ces rushes. J’ai appris plein de choses sur le jeu des acteurs. En revoyant les scènes plusieurs fois, tu découvres tous les petits détails, comme celle où James Woods range une règle dans son bureau quand Trip Fontaine vient lui demander la permission de sortir avec sa fille.

Virgin-Suicides-photo

Jean-Benoît Dunckel : Sofia nous a montré une version muette du film à Los Angeles. Le bouquin était très trash, et elle avait honte de certaines scènes. Au fur et à mesure du montage, toutes les scènes de sexe et de drogue ont été éliminées. Dans une scène, Kristen Dunst mettait la main au panier d’un jeune garçon. Sofia était toute rouge. « It’s very embarrassing, I’m sorry «  (rires).

Nicolas Godin : On recevait des cassettes vidéo toutes les semaines. On ne voyait que des nanas en train de se suicider dans des baignoires ensanglantées. On avait une vision hyper-dépressive du film, on a donc composé une musique très sombre, très glauque, ce qui était parfait, car on avait été un peu vexés que les gens nous cataloguent dans l’easy-listening après Moon Safari.

Alias Gordon Tracks

Nicolas Godin : On remballe les micros et les amplis. Une semaine plus tard, on reçoit un coup de téléphone. Il fallait une chanson pour les crédits. J’ai toujours trouvé ça ringard. Tu regardes un film, tu arrives au générique de fin et tout à coup Sting chante une chanson alors qu’il n’a même pas travaillé sur la BO ! C’était un samedi après-midi. On a appelé Thomas Mars de Phoenix. Il a écrit les paroles, joué de la batterie et joué de la batterie sur « Playground Love ». Pour « Playground Love », on a repris un thème au vibraphone. Thomas a fait des paroles. Gordon Tracks, l’artiste crédité sur la pochette, c’était le pseudonyme fétiche de Thomas. Ensuite, on a envoyé tout le score de The Virgin Suicides à Los Angeles.

Festival de Cannes 1999

Nicolas Godin : On arrive à Cannes et on n’avait pas encore vu le film monté. C’était la première grande leçon : avec l’editing, on fait ce qu’on veut. Le film était Virgin_Suicidesbeaucoup plus léger, beaucoup plus évanescent. J’avais l’impression qu’on était un peu passés à côté du but recherché par Sofia. La BO est devenu culte, même si elle est partie sur un malentendu. L’album est beaucoup plus long que la BO.

Jean-Benoît Dunckel : Au début, on a été choqués. Tout ça n’avait servi à rien car tout avait été coupé au montage sauf « Playground Love ». 80% de ce qu’on trouve sur le CD de Virgin Suicides n’apparaît pas dans le film. Il y a des passages où la musique s’arrête brusquement, on se demande pourquoi alors qu’on suivait le passage en question. On a compris la leçon. Le plus important, c’est le rythme du film.

Nicolas Godin : Aujourd’hui, les bandes originales de film sont plus le travail d’un music supervisor qui sélectionne des morceaux pour aller sur une certaine scène. Avec Sofia, ça va de plus en plus vers ça. Pour Lost In Translation, on nous a demandé une musique pour une scène précise. Pour Marie-Antoinette, on nous a juste demandé des titres qui existaient déjà. Scorsese faisait ça car il n’avait pas les moyens de payer un compositeur. Là, il n’y a plus de volonté artistique, ça a complètement changé la donne. On a vu cette évolution arriver en dix ans. On a les bandes originales qu’on mérite. Est-ce qu’il y encore des grands films, des grands disques ? Les cinéastes, comme les musiciens, sont le reflet de l’époque dans laquelle on vit.

Air The Virgin Suicides. Disponible en versions simples,  Deluxe (2CD ou 2LPs)  et Limitée Super Deluxe (CDs + Vinyles + DVD + Poster + Laminate). Warner/Parlophone.

11143095_10206411615197736_5021194367120094129_n